Vaut-il mieux acheter ou louer son logement ?

Vaut-il mieux acheter ou louer son logement ?

Est-il plus intéressant d’être propriétaire ou locataire ? Avant de choisir, les charges (taxe foncière, travaux de rénovation, mises aux normes, charges de copropriété) sont à évaluer dès le départ, et parfois être locataire peut mieux correspondre à vos souhaits en termes de cadre de vie.

Bien que l’accession à la propriété soit l'une des préoccupations majeures des français, le statut de locataire peut mieux convenir à certains budgets si l’on prend en compte les charges de copropriété éventuelles, la taxe foncière et le coût de l’énergie.

Alors acheter ou louer ? Au final ce choix dépend du lieu de vie envisagé, des perspectives à moyen-long terme par rapport à ce lieu de vie et aux revenus.

Le saviez-vous ?

58% des français sont propriétaires de leur logement.

Sources : Insee, SOeS, estimations annuelles du parc de logements au 01/01/2016.

1256 € bruts / mois de pension de retraite en moyenne pour un retraité français.

Source : Caisse nationale d’assurance maladie (Cnav) 05/2013.

En cas de mobilité, la location est souvent à privilégier

Pour des raisons professionnelles, on peut être amené à changer régulièrement de résidence; Dans ce cas, il y aura plutôt un intérêt à se tourner vers la location. Ce mode d’hébergement est plus souple (préavis d’un mois ou de trois mois selon la situation économique ou familiale du locataire, la situation géographique du logement ou selon que le logement est ou non meublé).

La location est aussi adaptée aux étudiants ou aux jeunes actifs notamment, parce qu’ils entrent dans la vie active ou parce qu’ils peuvent être colocataires et partager les coûts d’un seul logement. Ce mode d’hébergement peut permettre aussi en parallèle de se constituer un petit capital qui servira d’apport lors d’une demande de prêt à la banque.

La règle d'or : bien préparer son projet d’achat immobilier

Les experts de l'immobilier ont tendance à conseiller aux jeunes ménages d’investir dans l'immobilier le plus tôt possible, surtout lorsque les taux d’intérêts d'emprunt sont bas. Cela permet de mettre en place une « épargne forcée » et de capitaliser pour les vieux jours. Une fois à la retraite, le propriétaire n’aura plus de loyer à payer et ce sera autant d’économies réalisées dans une perspective de faible pension de retraite.

Mais, avant de se lancer dans l’accession à la propriété, il faut bien préparer son projet d’achat et avoir en tête les coûts induits par la propriété pour ne pas risquer une situation de surendettement.

Voici une liste non exhaustive des obligations ayant un coût pour un propriétaire :

  • acquitter une taxe foncière sur les propriétés bâties (en plus de la taxe d’habitation),
  • faire face aux financements des travaux d’entretien
  • pouvoir investir dans le remplacement des gros équipements ou dans la rénovation,
  • régler les charges de copropriété (en cas d’achat en copropriété)

L'achat d'un bien ancien entraine souvent des dépenses de chauffage plus élevées à cause des déperditions énergétiques ou nécessite des investissements conséquents. De même, s’éloigner des centres villes pour bénéficier des prix inférieurs à ceux observés au cœur des agglomérations entraine des dépenses plus élevées en terme de budget de déplacement par exemple.

Toutes ces dépenses cumulées avec les échéances de prêts ne doivent pas induire un « saut de charges » (total des dépenses courantes) trop important entre le moment où le ménage change de statut et devient propriétaire.

Acheter ou louer, la question n'est donc pas si simple et doit donc prendre plusieurs critères en compte.

Propriétaires ou locataires, ce qui change avec la loi pour l’Accès au Logement & un Urbanisme Rénové (ALUR) :

  • Pour les propriétaires, la loi ALUR oblige les syndics de copropriété à mettre en place un « fonds travaux » qui devra être abondé régulièrement par les copropriétaires afin de financer les programmes de rénovation à venir. Autant de dépenses à prévoir lors de l’achat du logement.
  • Pour les locataires, la loi raccourcit le délai de préavis pour donner congé à 1 mois, pour les logements loués vides dans « les zones tendues », c’est-à-dire, dans les agglomérations de plus de 50 000 habitants où il existe un déséquilibre entre l’offre et la demande de logements. Par ailleurs, le dépôt de garantie doit être rendu sous un mois, s'il n'y a pas de réserves dans l'état des lieux. Tout retard sera sanctionné par une pénalité de 10 % du loyer mensuel (hors charges) par mois de retard.

 

Louer ou acheter? Mieux comprendre l'immobilier avec la FNAIM
Facebook Twitter Google+ Pinterest
×

Log in